Entreprises et particuliers
publiez votre annonce légale en toute simplicité
 

Guide juridique, édition 2019

— Des experts répondent à toutes vos questions juridiques !

 Quelles sont les diffé­rentes solu­tions finan­cières pour rache­ter une société ?

Parmi les diffé­rentes solu­tions finan­cières pour acqué­rir une société, les plus répan­dues sont :
la sous­crip­tion d’un finan­ce­ment bancaire auprès d’un établis­se­ment de crédit ; un finan­ce­ment avec un inves­tis­seur en fonds propres (ou quasi-fonds propres) pour la société qui acquiert pour lui permettre de dispo­ser de la tréso­re­rie néces­saire. Ce finan­ce­ment peut revê­tir diffé­rentes formes : levée de fonds, augmen­ta­tion de capi­tal, apports en comptes courants, émis­sion d’un emprunt obli­ga­taire, etc. ; un crédit-vendeur par lequel le cédant consent à la société qui acquiert un paie­ment différé ou éche­lonné du prix de cession.
Quel que soit le moyen de finan­cer une acqui­si­tion, des garan­ties seront deman­dées en contre­par­tie.
C’est la raison pour laquelle il est impor­tant de défi­nir préci­sé­ment, avec ses conseils, les condi­tions du finan­ce­ment octroyé et les garan­ties deman­dées.
La durée des finan­ce­ments dépend par ailleurs de la solu­tion rete­nue. La durée d’un crédit-vendeur est géné­ra­le­ment assez courte alors que la durée d’un finan­ce­ment bancaire est souvent comprise entre 5 et 7 ans, voire entre 12 et 15 ans pour l’ac­qui­si­tion d’ac­tifs immo­bi­liers. La durée d’un finan­ce­ment en fonds propres ou quasi-fonds propres n’est quant à elle pas défi­nie, un inves­tis­seur en capi­tal orga­ni­sant souvent sa sortie avec un hori­zon de 5 à 7 ans.

Maître Antoine Genestoux, Avocat